L’art de faire son deuil


J’ai du mal à croire que j’écrive un article de ce type. Ces derniers temps, je croyais être à l’abri de la souffrance de perdre encore un être aimé, mais je me trompais. Mi-juillet, ma lapine adorée nous a brutalement quittés, de la manière la plus inimaginable qui soit. Trois mois plus tard, c’était son petit amoureux qui succombait... Je sais qu’on survit à ses animaux, je sais qu’ils peuvent tomber malades, se blesser, être plus fragiles, ou même ne vivre qu’une petite dizaine d’années. Je savais tout ça, pourtant la douleur n’en fut pas moins forte et rien ne m’avait préparée à cette perte. Je ne rentrerai pas dans les détails, je me suis déjà suffisamment épanchée à ce sujet auprès de mes proches. Mais après ces deux expériences extrêmement difficiles, j’ai pensé qu’il serait intéressant de coucher des mots sur le papier. Ça pourrait m’être utile plus tard, si j’ai un nouveau chagrin paraissant insurmontable, et j’espère que ça vous servira aussi. 
  

Crédit photo : Freepik


On parle souvent de 5 ou 7 étapes du deuil, mais personnellement je pense que ce n’est pas aussi simple. Chacun réagissant différemment et chaque perte étant unique, une douleur ne sera jamais identique à la suivante. Pour ma part j’ai surtout connu la négation (« ça ne peut pas être arrivé ») très rapidement suivie de la dépression (« comment vivre sans eux ? »)… Dans l’impasse, j’ai décidé d’aller voir un psychiatre. Malheureusement la séance ne m’a pas énormément aidée mais m’a au moins fait réaliser que ma sensibilité fait partie de mes atouts. Grâce à cette dernière, je sais faire preuve de compassion, contrairement à ce fameux médecin... Mes chers lapins sont partis, c’était parfaitement normal que je souffre autant. D’ailleurs pour ne rien vous cacher, je souffre toujours. C’est juste une autre forme de tristesse, plus discrète, à laquelle on s’habitue. Un peu comme une compagne invisible, dont on apprend à supporter les allées et venues. Celles et ceux qui ont déjà vécu un deuil comprennent certainement de quoi je veux parler...

Le chagrin ne s’estompe pas en un claquement de doigts, il est très important de prendre le temps pour digérer la triste nouvelle. Si vous avez besoin de vous enroulez dans une couette et de pleurer toutes les larmes de votre corps en visionnant des nanars, eh bien faites-le ! Si c'est une oreille attentive qu'il vous faut, trouvez-la parmi vos proches. Si vous voulez hiberner pendant deux jours, n'hésitez pas et faits-vous du bien !
Ne laissez aucun jugement extérieur vous atteindre, écoutez-vous et soyez attentif.ve à vos besoins.
Et quand enfin vous vous sentirez un peu moins triste, plus enclin.e à sourire, ne vous culpabilisez surtout pas ! Certes un être vous manque et c’est difficile de se dire qu’on doit continuer sans sa compagnie, mais la vie continue, rester inconsolable en permanence ne le fera pas revenir… La pensée qui m’a le plus aidée à travers ces deux deuils successifs est celle-ci :

Les moments heureux qu’on a vécus ensemble resteront gravés dans ma mémoire, c’est comme si un petit bout d’eux vivait encore, en moi.


Et maintenant que je me réconforte avec ça, j'en profite pour dire à ceux que j'aime à quel point ils comptent pour moi ! N'oubliez pas de faire de même, c'est important :) 
Je vous envoie plein de courage ! 

Crédit photo : Freepik

Voilà, c’est la fin de ce petit article moins joyeux que d’habitude. J’espère qu’il vous aura aidé. À la semaine prochaine pour un billet léger !

Flâneries Créatives

Recherche l’inspiration pour une biographie intéressante !

4 commentaires:

  1. Merci pour ton article. Même s'il est moins joyeux que d'habitude, je pense que tu comprendras pourquoi il me parle. Je compatis à ta douleur, ta tristesse. J'espère que tu as trouvé un moyen pour être un peu plus apaisée... Quoi qu'il en soit, je sais que c'est dur et les critiques des autres n'aident pas. J'ai entendu plusieurs fois "mais ce n'était qu'un animal", non, c'était un compagnon, je l'aimais, merci de respecter ma peine. Ça paraît presque incroyable d'être malheureuse quand on vient de perdre un être auquel on tenait, à qui on a essayé d'offrir la plus belle vie possible... Courage de ton côté <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, s'il peut aider, ça me fait plaisir <3
      Il ne faut pas écouter ces commentaires insensibles, ils ne feraient que nous déprimer un peu plus...

      Merci beaucoup, bon courage à toi aussi !

      Supprimer
  2. Perdre quelqu'un, un ami, un membre de la famille, un animal, c'est toujours difficile. Et même des animaux en fait ! beaucoup rient gentillement, mais quand dans ma famille nos chiens nous quittaient, on s'effondrait... Réellement. On s'attache, donc quand ils disparaissent n souffre... le temps d'apprendre à vivre avec l'absence.
    Remets toi bien, prends ton temps... puis rappelle toi tous ces beaux moments :) Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tout le monde comprendra ce que tu exprimes ici, le monde sera plus beau ! :)
      Merci beaucoup <3

      Supprimer